Témoignage de la Communauté Réformée de  Ferney-Voltaire



La Bible nous parle de gens de bien, d'hommes  épris de vérité et de justice, d'hommes droits. Des exemples. Georges  faisait partie de ces hommes. Pour nous, pour le Conseil presbytéral  dont il a été membre pendant  plusieurs  années, il  a personnifié le juste, l'homme intègre, l'homme  bon  de la Bible. L'homme dont  la parole est respectée.

Celui que décrit  ainsi le Livre des Proverbes :

Tu marcheras dans la voie des gens de bien, tu garderas le sentier des justes. Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse, heureux l'homme qui possède l'intelligence, car sagesse et intelligence ont plus de valeur que toute chose. Elles sont des arbres de vie pour ceux qui les possèdent. Le sentier des justes est comme une lumière resplendissante.

Oui, Georges  a été cet homme qui a marché dans la voie des gens de bien.

Oui, son engagement  a été pour nous, pour notre Eglise, une richesse, une  référence. Un  engagement qu'il savait  rendre à la fois profond et discret. Exigeant  et respectueux  de l'Autre, teinté  d'humour et plein de générosité. Un engagement d'abord pour les plus faibles, pour les déshérités, vivant  ainsi l'Evangile.   

Oui, comme le dit le texte des Proverbes : la bouche du juste est source de vie et l'oeuvre du juste ne périt pas mais demeure.

Dans la nuit de la séparation, le sentier de ta vie, Georges, restera, comme le dit la Bible, une lumière pour nous, tes amis ; une lumière pour guider nos pas incertains ; la lumière du juste à qui nous disons notre estime et notre reconnaissance.

                                                                                                Anne-Rose LAFOUGERE